François, Ignace Albrecht

1810 - 1884

Informations générales
  • Né le 8 février 1810 à Sand (Bas-Rhin - France)
  • Décédé le 22 mai 1884 à Sélestat (Bas-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 1er mars 1871
Département
Bas-Rhin

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du Bas-Rhin à l'Assemblée nationale de 1871, né à Sand (Bas-Rhin) le 8 février 1810, mort à Schelestadt, le 22 mai 1884, il était maire de Schelestadt lors des élections à l'Assemblée nationale, le 8 février 1871.

Il fut élu représentant par le département du Bas-Rhin, le troisième sur douze, avec 94 091 voix sur 145 183 inscrits et 101 741 votants.

Il se rendit à Bordeaux, mais ne siégea que peu de jours. L'Assemblée ayant, dans sa séance du 1er mars, adopté par 546 voix contre 107, le texte du projet de loi portant ratification du traité de paix avec l'Allemagne, malgré l'opposition de MM. Edgar Quinet, Bamberger, Victor Hugo, Louis Blanc, George (des Vosges) Keller, Jean Brunet, Millière et Langlois, M. Albrecht signa avec ses collègues de la Moselle, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin la protestation suivante :

« Au moment de quitter cette enceinte où notre dignité ne nous permet plus de siéger, et malgré l'amertume de notre douleur, la pensée suprême que nous trouvons au fond de nos coeurs est une pensée de reconnaissance pour ceux qui pendant six mois, n'ont pas cessé de nous défendre, et d'inaltérable attachement à la patrie dont nous sommes violemment arrachés.

« Nous vous suivrons de nos voeux, et nous attendrons avec une confiance entière dans l'avenir, que la France régénérée reprenne le cours de sa grande destinée.

« Vos frères d'Alsace et de Lorraine, séparés, en ce moment de la famille commune, conserveront à la France, absente de leurs foyers, une affection filiale jusqu'au jour où elle viendra y reprendre sa place. »

M. Albrecht avait voté contre le projet de traité.


Il quitta l'Assemblée, et vécut dans la retraite jusqu'à sa mort.

Il était chevalier de la Légion d'honneur, du 1er août 1871.

Date de mise à jour: février 2017