Albert Duchesne

1851 - 1921

Informations générales
  • Né le 21 août 1851 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 14 décembre 1921 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Oise
Groupe
Union des Droites

Biographies

Député de 1885 à 1889, né à Paris le 21 août 1851, il se fit inscrire au barreau de Paris en 1871, devint secrétaire de Me Rousse et président de la conférence Molé.

Propriétaire à Compiègne, il se présenta, comme candidat bonapartiste, aux élections législatives du 21 août 1881, et échoua avec 7,444 voix contre 12,892 données à l'élu républicain, M. Robert.

Porté sur la liste conservatrice de l'Oise, aux élections d'octobre 1885, il fut élu, le 18, au second tour de scrutin, le 6e et dernier, par 50,802 voix sur 91,643 votants et 110,761 inscrits. Il a pris place à droite, s'est fait remarquer par de fréquentes interruptions, a voté contre les ministères républicains au pouvoir, et s'est prononcé dans la dernière session :

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement,
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

M. Albert Duchesne a collaboré à la Gazette des tribunaux. Il a, de plus, publié en collaboration avec son père, M. Emile Duchesne, greffier à la Cour de cassation : la Table analytique des arrêts rendus par la Cour de cassation en matière criminelle de 1857 au 21 décembre 1873 (1874-75, 2 volumes in-8°).


Né à Paris le 21 août 1851, mort à Paris le 14 décembre 1921.

Député de l'Oise de 1885 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 442.)

Aux élections générales du 22 septembre 1889, il se présenta dans la première circonscription de Beauvais, comme candidat boulangiste. Il échoua avec 7.060 voix contre 9.304, obtenues par M. Boudeville, candidat républicain, sur 16.744 votants. Ce fut la fin de sa carrière politique.

Il occupa divers postes dans la magistrature d'outre-mer et fut notamment procureur général près la Cour de la Réunion. Il fut nommé le 13 avril 1917 conseiller à la Cour de Paris, puis, en retraite, conseiller honoraire par décret du 22 septembre 1921. Il devait mourir peu après, le 14 décembre 1921 à Paris, à l'âge de 70 ans.

Outre la collaboration qu'il apporta aux ouvrages de son père, on lui doit notamment : Le nouveau Code du droit français.