Amédée, Simon, Gratien de Laborde-Noguez

1823 - 1910

Informations générales
  • Né le 21 août 1823 à Bayonne (Basses-Pyrénées - France)
  • Décédé le 23 février 1910 à Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Union des Droites

Biographies

Député de 1885 à 1889, né à Bayonne (Basses-Pyrénées) le 26 avril 1823, maire d'Ustaritz, conseiller général des Basses-Pyrénées pour ce canton, il se présenta une première fois à la députation, sur une liste conservatrice, le 8 février 1871 : il obtint, sans être élu, 37,534 voix (61,049 votants).

Il fut encore le candidat des monarchistes, le 21 août 1881, dans la 1re circonscription de Bayonne, où il réunit 3,409 voix contre 4,223 à l'élu républicain, M. Plantié.

Mais, le 4 octobre 1885, il entra à la Chambre, au scrutin de liste, comme député des Basses-Pyrénées, élu, le 5e sur 6, par 44,506 voix (86,573 votants et 106,345 inscrits). « Il ne s'agit pas en ce moment, était-il dit dans la profession de foi collective des candidats conservateurs, de changer les institutions qui nous régissent ; un jour viendra où la parole sera rendue à la France, et quand elle aura parlé, chacun, sans abdiquer ses convictions, se soumettra à la loi du pays. » M. Laborde-Noguez prit place à l'Union des droites, et vota :

- contre la loi sur l'enseignement primaire,
- contre la nouvelle loi militaire,
- contre les différents ministères républicains de la législature,

et, en dernier lieu,

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

Né le 26 avril 1823 à Bayonne (Basses-Pyrénées), mort le 23 février 1910 à Ustaritz (Basses-Pyrénées).

Député des Basses-Pyrénées de 1885 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. III, p. 481.)

Au renouvellement législatif du 22 septembre 1889, Laborde-Noguez, avec 3.828 voix, fut battu par Haulon, 4.888 suffrages sur 9.426, dans, la 1re circonscription de Bayonne.

Il se tint désormais à l'écart de la vie politique et mourut le 23 février 1910 à Ustaritz, au Pays basque, à près de 87 ans.