François Carquet

1810 - 1891

Informations générales
  • Né le 22 novembre 1810 à Moutiers (Savoie - France)
  • Décédé le 23 février 1891 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Savoie
Groupe
Gauche républicaine

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 8 janvier 1882 au 3 janvier 1891

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871, et membre du Sénat, né à Moutiers (Savoie), le 22 novembre 1810, avocat, docteur en droit, ancien député au Parlement sarde jusqu'à l'annexion, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de la Savoie à l'Assemblée nationale, le 1er sur 5, par 20,527 voix (38,875 votants, 66,544 inscrits).

Il fit partie de la gauche modérée et vota:

- pour la paix,
- contre l'abrogation des lois d'exil,
- pour le retour à Paris,
- contre le pouvoir constituant,
- contre l'acceptation de la démission de Thiers,
- contre le gouvernement du 24 mai,
- contre le septennat,
- contre l'état de siège,
- contre la loi des maires,
- pour les amendements Wallon et Pascal Duprat et pour la Constitution de 1875.

M. Carquet était, depuis le 8 octobre 1871, conseiller général de la Savoie pour le canton de Bourg-Saint-Maurice. Rentré dans la vie privée après la législature, il reparut au parlement, le 8 janvier 1882, comme sénateur de la Savoie, élu par 306 voix sur 503 votants. Il a voté avec la majorité du Sénat :

- pour la loi nouvelle sur le serment judiciaire (1882),
- pour la réforme judiciaire (1883),
- pour le rétablissement du divorce (1884),
- pour les crédits du Tonkin,
- pour le ministère Ferry,
- et, plus récemment, pour l'adoption de la nouvelle loi militaire.

Dans la dernière session, il s'est prononcé:

- pour le rétablissement du scrutin uninominal (13 février 1889),
- pour la loi Lisbonne restrictive de la liberté de la presse (18 février),
- pour la procédure à suivre devant le Sénat pour juger les attentats contre la sûreté de l'Etat (29 mars, affaire du général Boulanger).