François, Mathieu, Léonard Limperani

1831 - 1905

Informations générales
  • Né le 3 août 1831 à Bastia ( - France)
  • Décédé le 31 mars 1905 à Bastia (France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Corse
Groupe
Centre gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, né à Bastia (Corse) le 3 août 1831, fils de Joseph Antoine Limperani qui avait été député sous Louis-Philippe, il étudia le droit et fut reçu avocat en 1853.

Inscrit au barreau de sa ville natale, il s'y fit bientôt remarquer, devint un des chefs du parti républicain modéré dans l'île, et fit une vive opposition au gouvernement impérial. En 1869, il contribua à fonder le journal la Revanche, dont M. Paschal Grousset fut un des principaux rédacteurs, et qui devait, par ses polémiques, entraîner les graves incidents qui aboutirent au meurtre de Victor Noir.

Lors des élections du 8 février 1871, M. Limpérani se présenta comme candidat républicain, et fut élu représentant de la Corse à l'Assemblée nationale, le 5e et dernier, par 16,608 voix (42,637 votants, 74,498 inscrits). Il siégea au centre gauche et vota:

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour le retour de l'assemblée à Paris,
- pour le gouvernement de Thiers,
- contre sa chute au 24 mai,
- contre le septennat,
- contre l'état de siège,
- contre la loi des maires,
- contre le ministère de Broglie,
- pour l'amendement Wallon,
- pour la constitution du 25 février 1875.

Il prit plusieurs fois la parole, proposa d'abroger la loi qui fixe l'intérêt de l'argent, intervint dans les débats sur la loi municipale, sur le cautionnement des journaux, sur les conseils généraux, etc., et protesta vivement contre une pétition qui demandait la séparation de la Corse d'avec la France.

Elu, en octobre 1871, membre du conseil général de la Corse, il en devint le président le 3 novembre, malgré les efforts des bonapartistes, qui portaient M. Gavini, et se fit remarquer par son énergie dans les orageuses discussions que provoquèrent au sein du conseil les partisans du prince Napoléon (Jérôme), lorsque celui-ci donna sa démission de conseiller général. En 1872, il combattit la candidature de M. Rouher.

Après avoir refusé d'être porté par les gauches comme sénateur inamovible, il se présenta aux élections législatives du 20 février 1876, dans l'arrondissement de Corte, et échoua avec 4,078 voix contre 6,804 à M. Gavini, Impérialiste, élu. M. Gavini, invalidé, reparut devant ses électeurs, et obtint, le 14 mai 1876, le renouvellement de son mandat par 6,849 voix contre 4.876 à M. Limpérani.

Nommé conseiller à la cour de Bastia le 24 juin 1876, M. Limpérani fut promu procureur général à la même cour, le 11 février 1879. Depuis 1877, il a cessé de représenter au conseil général de la Corse le canton de Vescovato. Chevalier de la Légion d'honneur (1879).

Date de mise à jour: août 2017