Jean-Baptiste Drouin

1816 - 1898

Informations générales
  • Né le 2 septembre 1816 à Tomblaine (Meurthe - France)
  • Décédé le 11 mars 1898 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Seine
Groupe
Centre gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, né à Tomblaine (Meurthe) le 2 septembre 1816, il était une des notabilités commerçantes de Paris, riche droguiste, et président du tribunal de commerce de la Seine, lorsqu'il fut porté sur la liste des candidats présentée par le « Comité de l'Union parisienne de la Presse », aux élections partielles du 2 juillet 1871, dans la Seine, où il s'agissait de remplacer 21 représentants décédés, démissionnaires, ou ayant opté pour d'autres départements.

M. Drouin fut élu le 20e sur 21, par 95,766 voix sur 290,823 votants et 458,774 inscrits. Il alla siéger dans la fraction la plus modérée du centre gauche, vota quelquefois avec le centre droit, mais, dans une circonstance particulièrement critique, donna des gages non équivoques au parti républicain. En octobre 1873, lors des tentatives de restauration monarchique, M. Drouin déclara qu'il se considérait particulièrement comme le représentant du commerce parisien, et qu'après une enquête approfondie il avait pu se convaincre que dans toutes les maisons de commerce, dans tous les établissements de la capitale, on considérait la restauration de la monarchie comme une calamité, un désastre pour les affaires, et que la république seule offrait les garanties indispensables d'ordre et de stabilité. M. Drouin a voté:

- contre la pétition des évêques,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- contre le service militaire de trois ans,
- contre l'acceptation de la démission de Thiers,
- pour l'arrêté contre les enterrements civils,
- pour le septennat,
- pour l'admission des princes d'Orléans à titre définitif dans l'armée,
- pour le ministère de Broglie,
- contre la dissolution,
- pour les lois constitutionnelles.

Il n'a pas fait partie d'autres législatures. Maire du IVe arrondissement de Paris, il a été fait chevalier de la Légion d'honneur en 1862 et officier le 14 août 1867.

Date de mise à jour: juillet 2017