Marie, Edouard, Benjamin Vandier

1835 - 1878

Informations générales
  • Né le 9 mars 1835 à Bellème (Orne - France)
  • Décédé le 23 août 1878 à Viroflay (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Vendée
Groupe
Centre droit

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 30 janvier 1876 au 23 août 1878

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, sénateur de 1876 à 1878, né à Bellème (Orne) le 9 mars 1835, mort à Viroflay (Seine-et-Oise) le 23 août 1878, il entra à l'Ecole navale en 1851 ; aspirant en 1853, il prit part comme enseigne à la guerre de Crimée, au siège de Sébastopol comme officier des batteries de marine à terre, fut décoré, et fit partie de l'expédition du Mexique ; il était lieutenant de vaisseau lorsqu'il donna sa démission (1869).

Conseiller général en mars 1870, il travailla, au moment de la guerre, à la mise en défense de la Vendée, et demanda à reprendre du service actif, avec son grade, ce qui lui fut accordé.

Elu, le 8 février 1871, représentant de la Vendée à l'Assemblée nationale, le 3e sur 8, par 61 751 voix (66 286 votants, 102 701 inscrits), il prit place au centre droit, demanda la dissolution des gardes nationales, fut secrétaire de la Chambre en novembre 1874, et vota :

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour la pétition des évêques,
- contre le service de trois ans,
- pour la démission de Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- contre les lois constitutionnelles.

Conseiller général de l'Ile-Dieu du 8 octobre 1871, il fut élu, le 30 janvier 1876, sénateur de la Vendée, par 196 voix (360 votants), devint secrétaire du Sénat à la formation du bureau et, en juin 1877, vota pour la dissolution de la Chambre demandée par le ministère de Broglie.

Décédé en août 1878, il fut remplacé, le 5 janvier 1879, par M. Halgan.