Félix Voisin

1832 - 1915

Informations générales
  • Né le 3 décembre 1832 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 28 janvier 1915 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Centre gauche

Biographies

Représentant en 1871, né à Paris le 3 décembre 1832, frère du médecin Auguste Voisin, il se fit recevoir docteur en droit, et exerça d'abord la profession d'avocat. Il entra dans la magistrature, en 1860, comme juge suppléant à Versailles, et devint successivement substitut à Etampes (1863), à Melun (1864) et à Versailles (1868).

Nommé, après le 4 septembre 1870, procureur de la République à Melun, il fut arrêté, en raison de l'attitude énergique qu'il eut, pendant l'occupation, en face des autorités militaires allemandes, et fut conduit prisonnier en Allemagne, où il se trouvait encore lors des élections du 8 février 1871. Ses amis ayant posé sa candidature à l'Assemblée nationale dans le département de Seine-et-Marne, M. F. Voisin fut élu représentant, le 4e sur 7, par 25,815 voix (43,606 votants, 97,413 inscrits).

Il prit place au centre gauche, vota pour la paix, pour l'abrogation des lois d'exil, pour le pouvoir constituant de l'Assemblée, et soutint la politique de Thiers. Mais, après la journée du 24 mai 1873, il abandonna le groupe des républicains conservateurs pour opiner avec le centre droit, notamment pour le septennat, l'état de siège, la loi des maires, etc. Toutefois, à la fin de 1874, il se rapprocha du centre gauche et vota la Constitution de 1875.

Secrétaire de l'Assemblée, membre de la commission des grâces, il fut chargé avec M. d'Haussonville d'une mission en Hollande, et rédigea plusieurs rapports importants, notamment sur la loi relative à la surveillance de la haute-police (1873) et sur l'éducation et le patronage des jeunes détenus (1874).

Le 9 février 1876, M. Félix Voisin fut appelé, en remplacement de M. Léon Renault démissionnaire, aux fonctions de préfet de police, d'abord à titre provisoire, puis à titre définitif. Il occupa ce poste sous les ministères Dufaure et Jules Simon et le conserva sous l'administration du 16 mai 1873. Après la victoire électorale des républicains, M. Voisin fut remplacé comme préfet de police par M. Albert Gigot (17 décembre 1877) et nommé conseiller à la cour de cassation. Officier de la Légion d'honneur (14 août 1876).


Né le 3 décembre 1832 à Paris, mort le 28 janvier 1915 à Paris.

Représentant de Seine-et-Marne de 1871 à 1876.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 546.)

Félix Voisin acheva sa carrière comme conseiller à la Cour de cassation.

Grand philanthrope, il s'est beaucoup occupé de l'éducation des jeunes détenus. Il était de longue date membre du conseil supérieur des prisons, du conseil supérieur de l'assistance publique, président de la société générale des prisons, vice-président du comité de défense des enfants traduits en justice, etc..

Le 12 janvier 1907, l'Académie des sciences morales et politiques l'appelait, comme membre libre, au 3e fauteuil où il succédait à Henri Doniol.

Il mourut le 28 janvier 1915 à Paris, à l'âge de 83 ans.