Herman de Tréville

1802 - 1886

Informations générales
  • Né le 28 février 1802 à Castelnaudary (Aude - France)
  • Décédé le 18 février 1886 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Aude
Groupe
Extrême-droite

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 11 décembre 1875 au 18 février 1886

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, sénateur de 1875 à 1886, né à Castelnaudary (Aude) le 28 février 1802, mort à Paris le 18 février 1886, il prit part, comme lieutenant de dragons, à la campagne d'Espagne en 1823 et devint garde du corps du roi. En 1830, il quitta l'armée pour ne pas servir la branche cadette, et refusa depuis, à plusieurs reprises, les fonctions de conseiller municipal.

Elu, le 8 février 1871, représentant de l'Aude à l'Assemblée nationale, le 3e sur 6, par 32,014 voix (51,560 votants, 92,276 inscrits), il prit place à l'extrême-droite, signa la demande de rétablissement de la monarchie et l'adresse des députés syllabistes au pape, et fut l'un des 8 membres du groupe légitimiste qui se prononcèrent contre la prorogation des pouvoirs du maréchal de Mac-Mahon; il vota:

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour la pétition des évêques,
- contre le service de trois ans,
- pour la démission de Thiers,
- contre le ministère de Broglie,
- contre l'amendement Wallon,
- contre les lois constitutionnelles.

Ayant adhéré à la combinaison de quelques membres de l'extrême droite avec la gauche (Voy. de la Rochette), il fut élu, le 11 décembre 1875, sénateur inamovible par l'Assemblée nationale, le 28e sur 75, par 348 voix sur 690 votants; il prit encore place à l'extrême droite, vota, en juin 1877, la dissolution de la Chambre demandée par le ministère de Broglie, désapprouva la politique scolaire et coloniale des ministères républicains, et vota, jusqu'à sa mort, avec la minorité monarchiste intransigeante de la Chambre haute.